La chapelle de Saint Hervé à Saint Houarno

LA CHAPELLE DE ST HERVE A SAINT HOUARNO

Chapelle situé au sud-ouest de la commune dans une vallée encaissée, dominé par les 216m de Mané St Houarno et les 200m de Botbras. Elle date de la fin du 15eme siècle. Elle se trouvait sur le territoire de l’ancienne paroisse du Merzer et relevait de la Seigneurie de Tronscorff. En 1802 elle était déclarée en ruine. Elle fût restaurée par les habitants du quartier.

 

Rectangulaire elle est construite en granit. Une plinthe moulure l’entoure à la base des murs sauf à l’ouest. Sobrement décorée elle possède une belle fenêtre à meneaux sur la façade sud. Cette même façade possède une élégante accolade chargée de grosses feuilles frisées formant l’arc brisé de la porte latérale. La niche qui se trouve au-dessus devait abriter autrefois une statue de Saint Hervé.

 

Dans la longere nord s’ouvre une porte ogivale qui a été murée. Elle s’orne de moulures sur tout son pourtour. Une accolade à haut fleuron, la coiffe. Adossé à cette porte à l’intérieur de la chapelle on voit un autel en pierre. Au sommet un petit campanile abrite la cloche sous une arcade en plein cintre.

 

Saint Hervé est un saint du pays de Léon. Fils de Hoarvian et de Rivannou, il naquit à l’aube du 6ème siècle. Selon la tradition, c’était un barde aveugle que l’on représenta en compagnie de son guide GUIC ‘HARAN et tenant en laisse un loup, qu’il avait apprivoisé. C’est pourquoi à Saint Houarno, jusqu’à a la fin du siècle dernier on venait en pèlerinage à la chapelle lui demander protection contre les loups des animaux domestiques.

 

Le pardon des chevaux fut crée en 1912 par l’abbé le Franc, recteur de Langoelan. Ce pardon prit une extension considérable, car il y a tout lieu de croire que Saint Hervé avait un réel pouvoir de protection sur les animaux et sur le mal.

 

Hervé à l’âge adulte hérita d’un ermitage à Lanrivoaré appartenant à l’ermite URFOL. Ses disciples se faisaient nombreux, Hervé reprit la route vers Saint Pol et s'arrêta à Lanhouraneau. C’est la qu’il s’établit définitivement avec ses compagnons.

 

Lui, l’aveugle, voyait dit-on, le ciel ouvert ; c’est pourquoi la tradition lui a attribuée le cantique de Jésus pégen braz é

 

-      Mouie, il n’était pas prête mais exorciste

-      Poète comme son père…..